Fernelmont, le 20 juillet 2016.

Monsieur le Président du Conseil communal de Fernelmont,

Au nom du groupe ECOLO, nous vous demandons de bien vouloir entendre notre question orale d’actualité à l’ordre du jour du conseil communal du 22 juillet 2016 et d’en prendre note:

RAPPORT DE L’AViQ SUR LES LIENS POSSIBLES ENTRE CANCER ET PESTICIDES

A la lecture du rapport nous nous étonnons de la demande formulée par la commune à l’AViQ, à savoir :
– Répondre à la souffrance de la plaignante et,
– si nécessaire, à faire de nouvelles études à Fernelmont
– Porter une attention particulière à certains riverains suite à l’atteinte de leur vie privée.
– Rassurer de nombreux habitants inquiets pour leur santé.

Lors de la réunion publique qui a eu lieu le 24 juin dernier à Cortil-Wodon, la Direction de la santé environnementale de l’AViQ a présenté, avec la fondation Registre du cancer, son rapport sur la suspicion de cluster de cancers à Cortil-Wodon.

Le protocole de méthodologie retenu indique que quatre étapes sont nécessaires à ces investigations : l’étape 1, c’est l’évaluation sommaire de la déclaration ; l’étape 2, c’est la validation des cas et de l’exposition ; l’étape 3, c’est l’étude descriptive approfondie, et l’étape 4, ce sont des compléments épidémiologiques ».

Arrivé au terme de l’étape 2, l’AViQ a présenté son rapport et concluait qu’il n’y avait pas plus de cancers à Fernelmont qu’ailleurs en Wallonie. Sa conclusion est que « compte tenu des données disponibles actuellement, une enquête plus poussée en matière de santé n’apparaît pas justifiée suite à la mise en oeuvre de la méthode recommandée. Il est, néanmoins, recommandé de suivre ces constats au cours du temps ».
Or, précisément, la méthodologie utilisée a été largement questionnée, et cela sans réponse convaincante de la part de l’AViQ lors de cette réunion publique : tant le choix des critères que de la méthode et leur pertinence devant un petit nombre de cas, et l’absence de suivi des habitants dans le temps et la durée , y compris de personnes qui ont déménagées.

Suite aux critiques méthodologiques exprimées lors de la rencontre, allez vous demander que des études approfondies soient menées et donc passer à l’étape 3 ?

Lors de cette réunion les médecins généralistes du Cercle de la Haute Hesbaye namuroise se sont dits très préoccupés. Ils sont notamment préoccupés par l’effet cocktail des pesticides et entendent « ne pas fermer les yeux sur une réalité qui pose question ».

Le rapport fait, par ailleurs, des recommandations interpellantes, nonobstant sa tentative de clôturer là, après l’étape 2 : « Il s’agit de garantir une baisse de l’exposition de la population aux pesticides, ne fût-ce que par principe de précaution, et de leur utilisation. » Il évoque également la nécessité de mettre en place un suivi par une biosurveillance humaine en Région wallonne.

N’est-il pas de votre responsabilité de demander de faire poursuivre toute investigation nécessaire, y compris par une recherche particulière, qui nous semblerait, à Ecolo, particulièrement pertinente ?

L’AViQ renvoie à des mesures à prendre par la DG de l’environnement.
Là aussi, Monsieur le bourgmestre, avez-vous pris contact avec le ministre de tutelle pour y faire suite ?
À quelles conclusions arrivez-vous et quelles mesures pouvez-vous prendre, allez vous prendre ou avez vous prises ?

En vous remerciant de votre collaboration.

Pour le groupe ECOLO,
Etienne Piette

Share This