36 ans, habite à Marchovelette.

“Il n’y a pas de passagers sur le vaisseau Terre. Nous sommes tous des membres d’équipage.”  -Marshall McLuhan

 

“Le peu qu’on peut faire, le très peu qu’on peut faire, il faut le faire.”  -Théodore Monod

Instituteur primaire de formation , je suis actuellement professeur de cours généraux dans l’enseignement secondaire professionnel spécialisé à Malonne. Né à Huy, enfance à Haillot , jeunesse à Liège et propriétaire depuis 2 ans d’une petite maison à Marchovelette, je suis le papa de Basile et Elsa, tous deux scolarisés à l’école communale. Passionné de jeux de société, j’anime également des ateliers sur le jeu d’échecs dans plusieurs écoles de la province de Namur.

 

Le désastre écologique planétaire est une réalité. L’exploitation abusive des ressources naturelles, la destruction des écosystèmes et la perte de biodiversité qui en résulte sont pour moi les problèmes majeurs auxquels l’humanité doit faire face à l’heure actuelle. La soumission des gouvernements nationaux au système financier en général et le pouvoir incommensurable des multinationales en particulier entraînent le monde à sa perte au nom des enjeux économiques. Malgré la prise de conscience collective des citoyens, l’espoir d’un changement de cap au niveau planétaire est assez faible.

 

J’ai cependant l’intime conviction que la source du changement se situe au niveau local et c’est la raison de mon engagement politique actuel. En effet, à l’échelon communal, certaines décisions peuvent encore être prises dans l’intérêt général des habitants et pour la sauvegarde ou l’amélioration de la qualité de leur environnement direct.  A ce niveau, la question des pesticides est un problème qui nous concerne tous. La gestion des déchets est un autre enjeu majeur. La transition raisonnée vers des moyens de productions énergétiques durables est également une priorité. Je pense également qu’il est important de renforcer le tissu social et économique en soutenant les projets culturels et les producteurs locaux. Enfin, je crois qu’on ne protège que ce qu’on aime et c’est pourquoi j’accorde une importance affective particulière à la valorisation de notre patrimoine historique et à l’entretien des sentiers et terrains communaux, tant de lieux riches et paisibles, symboles à préserver.

 

 

Share This