Sélectionner une page

Le conseiller communal Grégoire Delneuville démissionne du conseil communal . Il ne claque pas la porte mais va explorer pendant un an d’autres contrées, ce qui l’oblige à démissionner afin que Françoise Hilger puisse siéger au conseil communal.

Prenez connaissance de son choix et de son analyse après 3 ans de législature, en lisant la lettre de démission qu’il a envoyée au collège et au conseil communal.

Fernelmont, le 26 septembre 2021

 Objet : Démission de mes fonctions de Conseiller Communal et de mes mandats dérivés

 

Monsieur le président du Conseil Communal de Fernelmont,

Madame la Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les Echevin.e.s,

Mesdames et Messieurs les Conseiller.ère.s Communal.e.s,

Madame la Directrice Générale

Chers/Chères collègues,

 

Ce 6 octobre prochain, je m’envolerai pour un voyage d’une année complète, avec comme point de départ la Colombie. Pendant ce voyage, que j’entreprends avec ma copine, je compte visiter plusieurs pays et m’imprégner de leurs cultures via le wwoofing. Cela fait longtemps que nous désirons partir, mais ces projets ont été retardés par la pandémie actuelle. Il est temps de les mettre à exécution avant de m’installer dans la vie dite « active » (bien que je ne considère pas le travail comme la seule manière d’être actif ni de contribuer à la société). C’est donc pour moi l’occasion de réaliser un dernier voyage en avion avant de m’en passer complètement.

Malheureusement, même si je reste domicilié à Fernelmont, ce projet va évidemment me tenir éloigné de notre belle commune pendant une année. Je ne peux donc m’absenter pendant une année complète, et c’est avec regrets que je vous présente ma démission, qui prendra effet dès réception de cette lettre.

Je ne peux m’empêcher de livrer une dernière analyse de la politique de la majorité, de mon point de vue et que j’espère objective. Tout d’abord, j’estime que la majorité actuelle aurait été exemplaire il y a une vingtaine d’année. La politique climatique aurait été, pour l’époque, ambitieuse et en avance sur son temps. Le point noir aurait été – et reste toujours – l’absence de démocratie participative.

Malheureusement, nous ne sommes plus il y a vingt ans. Les enjeux d’aujourd’hui ne sont plus du tout les mêmes, et l’urgence, particulièrement, est beaucoup plus pressante actuellement. Et je ne peux honnêtement pas affirmer que la majorité est à la hauteur des enjeux actuels. Il y a tellement de domaines sur lesquels travailler au niveau communal. L’agriculture d’abord, qui représente 80% de la surface communale. Un changement de pratique pourrait stocker des quantités considérables de carbone dans le sol, protéger des inondations, diminuer les émissions via les intrants et les engins agricoles, protéger la santé de la population, encourager la biodiversité, assurer une sécurité alimentaire et bien d’autres ! Sur la mobilité, ensuite, pour permettre des transports multimodaux (vélo + bus par exemple) au sein de la commune. Pourquoi ne pas imaginer une liaison Fernelmont-Namur en Ravel via Leuze ? Limiter au maximum la bétonisation du sol sur la commune serait encore une autre piste et cette liste pourrait continuer pendant encore de nombreuses pages. Les options qui s’offrent ne sont limitées que par l’imagination et l’ambition de les réaliser.

La démocratie participative, également, est lacunaire sur le territoire communal. La participation, cela ne se limite pas à interroger vaguement les citoyens sur leurs désiderata pour la forme d’un trottoir ou à fournir un maigre pourcentage du budget pour quelques projets de citoyens (même si je ne nie pas l’intérêt de réaliser ces actions). La participation, cela signifie laisser les citoyens donner leur avis – voire influencer – l’ensemble des décisions politiques de la commune, et de tenir compte de ces avis et de cette influence.

Pour conclure, je dirais que la majorité actuelle manque de vision à long terme sur les différents volets et de plans pour réaliser cette vision. Actuellement, elle surfe sur les primes et subsides des niveaux supérieurs, en n’entreprenant que peu d’actions en dehors de ces primes. Il est temps de se doter d’objectifs ambitieux et de définir un chemin pour y arriver, quitte à investir des fonds communaux.

Pour autant, je ne peux pas lancer des pierres à la majorité communale, tant il est vrai que la période actuelle est compliquée. Je ne veux pas charger outre mesure nos mandataires. Néanmoins, les défis de l’humanité nécessitent des actions ambitieuses. Il est temps de prendre le taureau par les cornes (et d’en manger moins 😊), de se retrousser les manches et de passer à l’action.

C’est donc avec regret que je quitte mes fonctions, mais je fais entièrement confiance à mes collègues, Louis Lambert et Françoise Hilger, qui reprendra ma place, pour continuer à faire avancer les choses positivement et vers la direction qui, j’en suis intimement convaincu, est la bonne.

Je vous remercie pour votre lecture et vous souhaite, chères/chers collègues, une très bonne fin de mandat.

Cordialement,

Grégoire Delneuville

Share This